Identité numérique: comment gérer son image numérique

3_Identite numerique_Risques et precautions par QSN-DigiTal
Identité numérique: les risques et les précautions utiles
13 June 2020
5_Digital et communication par QSN-DigiTal
Quel impact de la technologie sur la communication ?
13 June 2020

Identité numérique: comment gérer son image numérique

4_Gerer son identite numerique par QSN-DiGiTal


Savoir ce qui nous concerne sur le web et en identifier les sources est la première étape permettant de gérer son image.  Cela permettra de mieux gérer les informations qui nous concernent et la perception qui peut en découler.

Comme nous l’avons vu dans les précédents articles ( L’identité numérique, c’est quoi ? ; Identité numérique : les risques et les précautions utiles), chacun a et aura de plus en plus intérêt à connaitre les traces qui le concernent sur le web.

Votre Marque-Personnelle, c’est tout simplement l’idée claire, forte et positive qui vient immédiatement à l’esprit des personnes qui vous connaissent quand elles pensent à vous. 

Peter Montoya

 

Prendre conscience de sa Marque-Personnelle

Peter Montoya a été le premier à définir une méthode sur le principe de ‘Personal branding’ en écrivant deux ouvrages sur le sujet en 2002 : « The brand called You » et « The Personal Branding Phenomenon ». C’est en s’inspirant des techniques de ‘Personal branding’ qu’il est possible de mieux gérer sa présence sur le Net et par conséquent l’image et la perception que l’on souhaite présenter publiquement. Il n’est pas question de tenter de se créer une image qui ne corresponde pas à la réalité. Un tel comportement ne serait pas viable sur la durée. Mais il s’agit bien de recourir à des techniques de marketing de Marque pour développer son marketing personnel.

En utilisant les principes de base, chacun pourra trouver une application en fonction de ses besoins, de ses objectifs et du temps qu’il peut y consacrer.

 

Les étapes

  • Se découvrir – se connaitre : cela consiste notamment à définir sa valeur ajoutée et ses éléments de différenciation.
  • Construire son image – se faire connaitre : définir ses objectifs, l’image que l’on souhaite donner et les informations que l’on souhaite diffuser en fonction d’audiences-cibles personnelles et professionnelles. L’on définira donc des outils (réseaux sociaux, blog,…) adaptés à nos audiences-cibles et pour lesquels une ligne éditoriale sera construite.
  • Consolider sa réputation – se faire reconnaitre : être actif sur les outils retenus en respectant sa ligne éditoriale, interagir avec ses audiences.

 

Bien évidemment, chacun n’aura pas le besoin de développer une approche aussi ‘professionnelle’ de la gestion de sa présence numérique, mais les fondamentaux de cette technique de marketing de soi permettront de prévenir plutôt que de devoir intervenir a posteriori, avec toutes les limites que l’on sait (cf : 2 précédents articles).

 

Savoir utiliser les bons outils

Il existe de très nombreux outils permettant de gérer sa présence sur internet. Comme les réseaux sociaux vont de plus en plus empêcher l’utilisation de pseudo pour être en mesure de s’assurer de la réelle identité de la personne (Nom, prénom, age), il est d’autant plus important de bien définir un usage pour une audience donnée lorsque l’on se crée un profil.

Pour rappel, les conditions générales de Facebook et LinkedIN obligent désormais à ce que la création d’un profil se fasse avec la véritable identité de la personne. En cas de doute, le profil sera bloqué et un justificatif d’identité sera réclamé. Twitter et Facebook viennent également de bloquer de nombreux comptes de personnes qui n’avaient pas l’age minimum requis dans leurs conditions générales.

  • Les réseaux sociaux :

Il n’existe pas d’utilisation type ou réservée à chaque réseau social. Chacun peut en faire l’usage qu’il souhaite pour répondre à des besoins et des objectifs différents.

Rappelez-vous de vérifier les paramètres de confidentialité pour gérer vos données personnelles et l’usage qui en est fait, et pouvoir mieux contrôler ce qui est du la sphère privée ou professionnelle.

 

  • Facebook : réservez plutôt le profil à un usage privé. Pour une approche publique, mieux vaut privilégier les formats Page ou Groupe. Dans les paramètres de confidentialité, vous pouvez aussi faire en sorte que votre profil personnel ne soit pas référencé dans les moteurs de recherche.
  • Twitter : si votre profil est public, mieux vaut éviter d’aborder des sujets trop privés. Plutôt considéré comme un média qu’ un réseau social, autant lui trouver un usage professionnel. Les tweets commence à être référencés dans Google. Soyons donc prudents sur ce que nous tweetons.
  • LinkedIN : c’est à ce jour, l’outil spécialisé sur une approche professionnelle. Evitons donc de mélanger les genres et réservons à Facebook par exemple ce qui relève de la sphère privée.
  • Snapchat : rappelez-vous que si vos publications sont éphémères, elles restent stockées sur des serveurs. Et puis, il est toujours possible de garder une copie de votre publication.

 

  • Plateformes de partages de photos ou vidéos :

  • Instagram : c’est le réseau social qui connait actuellement l’engouement le plus fort. Si vos publications sont personnelles, attention au niveau d’information que vous diffusez et à l’image que vous donnez. Saviez-vous que les publications Instagram se retrouvent référencées dans Google Image par exemple ? Vous pouvez aussi rendre votre profil privé pour limiter l’accès à vos photos aux personnes autorisées et ne pas les retrouver sur Google si l’on fait une recherche à votre nom.
  • Pinterest : les photos/visuels épinglées sur vos tableaux publics sont également référencées dans Google Image. Mieux vaut le savoir. Comme pour Instagram, vous pouvez aussi avoir une ‘stratégie’ de publication visant à valoriser votre image, en ayant donc une ligne éditoriale parfaitement identifiée.
  • Youtube et autres plateformes de vidéos : pour une chaine privée, utilisez plutôt un pseudo.

 

  • CV en ligne : recourir à un profil sur une plateforme de CV en ligne (Doyoubuzz, EasyCV, MonCV.com,…) peut être un excellent moyen d’améliorer son référencement sur les moteurs de recherche. Comme pour tout autre profil de type professionnel, il faut s’astreindre à ce que les informations soient à jour et cohérentes entre les différents profils.

Pour être encore plus efficace en terme de ‘Branding’ et de référencement, il est conseillé de rattacher ce CV en ligne à l’achat d’un nom de domaine à son nom. Il s’agit d’un petit investissement d’environ 15 euros par an.

 

  • Blog : pour les personnes souhaitant aller plus loin dans la gestion de leur image numérique, dans l’amélioration de leur référencement et cherchant à faire reconnaitre leur expertise, créer son propre blog est toujours une possibilité très impactante. De nombreuses solutions techniques sont facilement accessibles (ex : WordPress). La difficulté réside dans la capacité à rédiger régulièrement des articles !

 

Se faire connaitre et reconnaitre

Les outils ne servent qu’à servir votre objectif. Pour certains, l’objectif peut consister à choisir le type d’informations accessibles via les moteurs de recherche. Pour d’autres, il peut s’agir d’une véritable stratégie de marketing de soi dans le but de développer sa visibilité et son activité professionnelle.

Pour les uns, utiliser quelques outils de base impactant leur référencement sera suffisant. Cette approche ne sera pas chronophage car ces outils ne nécessitent pas une mise à jour régulière de leur contenu. C’est le cas d’un CV en ligne ou de tableaux Pinterest.

Pour les autres, les possibilités sont nombreuses. Des profils sociaux professionnels au blog thématique, ce ne sont pas les possibilités qui manque. Rien ne sert cependant d’être présent sur de trop nombreux outils car le temps nécessaire à leur gestion sera exponentiel. Mieux vaut se concentrer sur un ou 2 outils mais savoir exploiter correctement leurs fonctionnalités en respectant une ligne éditoriale permettant d’atteindre son objectif. Car pour être efficace, un réseau social ou un blog doit être actif, et donc alimenté régulièrement. D’autre part, il faudra prendre le temps d’interagir avec les autres utilisateurs qui correspondent à son audience cible.

Pour ceux/celles qui veulent donc aller plus loin dans la gestion de leur présence numérique, définir sa stratégie sera primordial, savoir créer un mix-outils entre ceux qui peuvent être chronophage et les autres, sélectionner peu d’outils mais bien les exploiter.

Et pour tous, bien réfléchir avant de publier ou d’interagir sur le web aux éventuelles conséquences. Il serait dommage de ruiner en quelques secondes tous les efforts déployés au préalable gérer son image.

 

Auteur : Frédéric Foschiani – Président/Fondateur QSN-DigiTal

En savoir plus sur nos formations

En savoir plus sur nos solutions d’accompagnement

Comments are closed.